Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : Pas d'islamisation chez nous! Défendons nos familles, nos traditions, nos libertés. Voilà un des slogans de campagne du Parti de la France
Carl LANG : Débauchage et petites manœuvres politiciennes: avec Macron, en marche vers la 4ème République !
Carl LANG : Carl Lang et Le Parti de la France défilent avec Civitas en l'hommage à Jeanne d'Arc https://t.co/nkfpdtW07R

Derniers tweets
LePartidelaFrance : Des Algériens témoignent : « La ville de Grigny (91) , elle ne fait... | #lepartidelafrance https://t.co/AXxF5GE2W1 https://t.co/ZFGptMXqSW
LePartidelaFrance : Attentat terroriste de Manchester : le bilan passe à 22 morts dont... | #lepartidelafrance https://t.co/gJkljaNGev https://t.co/5Lw6G0ZzxN
LePartidelaFrance : 5ème Journée régionale de Synthèse nationale à Nieppe (près de... | #lepartidelafrance https://t.co/ihfOIZWXK3 https://t.co/YbAqD8hNIo

Partager ce site



L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



5 millions d'immigrés en voie d'être expulsés…


Rédigé le Lundi 20 Mars 2017 à 08:00 | 0 commentaire(s)

Extrait de l'Édition du 20 mars 2017
Réinfo, journal d'information bimensuel du Parti de la France


C’est au cours d’un conseil consultatif, rattaché au sommet de l’état, que la proposition a été faite : expulser 5 millions d’immigrés. Comme l'a expliqué le porte-parole de ce conseil consultatif, je cite : « Ces étrangers ne sont pas là pour travailler de manière régulière, [...] mais pour coloniser notre pays. [...] Ils forment un peuple intrus qui cherche à s’imposer dans notre pays à travers une occupation sournoise. À long terme, notre pays risque de se retrouver contraint d’accepter leur présence, à cause de pressions internationales ». Cette déclaration n’a soulevé aucune protestation dans le mainstream médiatique. Au contraire les rares médias qui s’en font l’écho, insistent, je cite : « Aucun peuple n’accepterait qu’il y ait des générations de personnes insaisissables qui changent la démographie, qui constituent de graves dangers et qui nous embêtent sur le plan sécuritaire et sur le plan de notre vie sociale ».

Il faut dire que ce pays compte désormais 1/3 d’étrangers parmi sa population, des immigrés généralement peu qualifiés. Beaucoup travaillent dans le BTP, qui subit de plein fouet le ralentissement économique mondial, notamment dû à la chute des cours du pétrole. Les autorités prônent désormais, la préférence nationale dans les emplois, à tel point qu’une surtaxe, pouvant atteindre 50 % du salaire, sera graduellement instaurée pour les travailleurs étrangers, à partir du second semestre 2017. Les expulsions ont déjà commencé : 55 000 sans-papiers ont été expulsés en 45 jours, en novembre dernier. En février, 22 000 en 20 jours. En quatre mois, le chef de la police confirme avoir expulsé 200 000 clandestins, notamment grâce à un numéro d’appel dédié…

 

Les médias nationaux exigent même d’aller plus loin, reflétant ainsi un sentiment majoritaire dans les médias sociaux, je cite : « Les autorités doivent faire preuve de transparence à propos de ces migrants qui affluent sur le territoire national, usant de beaucoup de ruse et de fourberie. [...]  Leur nature les pousse à constituer des bandes, cela les porte au crime ». Un rédacteur en chef d’un quotidien national pose même la question : « Leur afflux en ce moment précis obéit à un agenda caché. Y a-t-il des puissances obscures qui les instrumentalisent ? »

Même les médias proches de l’opposition s’inquiètent, je cite : « Dans les villes et les campagnes, le crime, les vols, les émeutes et la drogue se répandent. Le ministère de la Santé n’arrive plus à lutter contre les épidémies. Sans compter l’explosion du chômage. En outre, les frontières deviennent des passoires permettant l’invasion de migrants qui pensent que les autochtones se diviseront et s’entre-tueront et qu’ils pourront alors les soumettre ». fin de citation.

 

Oui, mais voilà, si tous ces faits sont exacts, si toutes ces déclarations sont véridiques, le pays en question, ce n’est pas la France, mais l’Arabie Saoudite.

Le Conseil consultatif c'est celui nommé par le Roi Salman ben Abdelaziz Al Saoud.

Les différents propos cités précédemment sont des citations de Sadaqa Al-Fadhel, porte-parole du Conseil, du prince héritier Mohamed ben Salmane.

Les médias sont les quotidiens The National, Al-Watan, Okaz, Al-Youm, Saudi Gazette, Al-Bilad, le journal économique Al-qtisadiah, les sites Miraat al-jazira, Weam et Al-monitor.

En ces temps où la liberté d’expression est muselée et sous haute surveillance, il vaut mieux être précis…

La morale de tout cela ?

Ce qui est interdit en Europe par le système est passé sous silence dans les pétromonarchies.

Ce qui est bon pour les Saoudiens serait mauvais pour les Français… Démonstration, s’il en était besoin, que nos gouvernants ne veillent plus à défendre les intérêts vitaux de leur peuple, mais bien à appliquer des consignes venues d’instances supranationales, sans aucune légitimité.

 

Deuxième leçon : c’est que le concept de « grand remplacement » est parfaitement réel. 33 % d’immigrés en Arabie Saoudite et la population ne se sent plus maître de son destin. En France, selon les statistiques officielles de l’INSEE, la part serait de 11,6 %… mais ces statistiques ne prennent pas en compte les enfants d’immigrés nés sur le sol français, et qui sont d’office, par l’absurde droit du sol, considérés comme Français. Les études de Jean-Paul Gourevitch, en 2013, estimait cette part à 18 %.

 

Enfin, troisièmement, la remigration est possible, c’est une question de volonté politique.

En 1945, ce sont des millions d’Allemands issus des minorités polonaise, hongroise ou tchèque qui ont dû fuir, en laissant tout derrière eux.

En 1962, 1 million 500 mille Pieds Noirs ont eu le choix entre la valise et le cercueil.

Chaque jour, des dizaines de Palestiniens sont expropriés et expulsés de leur terre.

C'est donc bien une question de volonté politique. En respectant, bien évidemment, les droits élémentaires des populations immigrées, la France peut, et doit, organiser leur retour dans leur pays d’origine.




Nouveau commentaire :



Publicité





Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don

Galerie Photos