Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : Le Parti de la France appelle à faire battre Macron, ancien ministre de Hollande et candidat de la gauche affairiste et antinationale.
Carl LANG : Le projet de Mélenchon pour la France, c'est le Venezuela de Chavez sans le pétrole. Aujourd'hui comme hier, barrons la route au communisme!
Carl LANG : Acte terroriste à Saint Pétersbourg: Le Parti de la France fait part de sa solidarité et de sa fraternelle amitié au peuple russe.

Derniers tweets
LePartidelaFrance : Des fonctionnaires français refusent par idéologie de délivrer des... | #lepartidelafrance https://t.co/NhBqpiAt6v https://t.co/xjS06aH4NW
LePartidelaFrance : France: 62 hôtels vendus pour héberger des réfugiés. Les employés... | #lepartidelafrance https://t.co/XQ7Cirnfpf https://t.co/r9pkEHLJu4
LePartidelaFrance : La consternation des Vénézuéliens de Paris face à Mélenchon: Le... | #lepartidelafrance https://t.co/c7VHQ7nKMo https://t.co/LlqT9tXaw3

Partager ce site



L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30



Le Parti de la France dit Non à la construction d'une mosquée à Amiens


Rédigé le Vendredi 6 Janvier 2017 à 12:12 | 0 commentaire(s)

Article du Courrier picard. Deux associations aux parcours sinueux et deux figures de l’extrême droite catholique ont déposé un recours contre le permis de construire la mosquée du boulevard de Roubaix.


L’affaire passera à l’audience du tribunal administratif mardi 10 janvier et elle sera plus intéressante sur la forme que sur le fond. Deux associations et huit particuliers ont déposé deux recours contre le permis de construire la grande mosquée d’Amiens, dont le chantier est toujours au point mort derrière les palissades, boulevard de Roubaix.

Sur le fond, les arguments développés par les adversaires du projet sont des plus ordinaires : nombre insuffisant de places de stationnement, hauteur trop élevée, accès pompiers non conformes, etc. La Ville défendra elle-même devant les magistrats administratifs le permis de construire signé le 5 mars 2014 par l’ancienne municipalité, juste avant les dernières élections municipales.

Sur la forme, en revanche, Me Jean-Claude Broutin, ancien élu centriste d’Amiens, défend les intérêts de l’Association cultuelle et culturelle des musulmans français de Picardie, à l’origine du projet. Et il s’est intéressé de près à la qualité des requérants.

La première association « A Contre courant », était à l’origine une association anti-éoliennes dénommée « Vent de Colère » dont le siège se trouve à Halloy-lès-Pernois.

« Je suis français, chrétien, militariste 

et fidèle à nos racines gréco-romaines, latines et chrétiennes. Je tiens 

à défendre notre identité »

Dr Serge Delannoy, requérant

La seconde, l’Association de sauvegarde du cadre de vie, de l’environnement et de la nature du pays du Grand-Amiénois, avait été créée à l’origine, toujours à Halloy-lès-Pernois, pour défendre l’école privée Notre-Dame de Saint-Ouen. Puis elle a également changé ses statuts et a aujourd’hui son siège à Verson, dans le Calvados.

«  Ces deux associations maîtrisent la procédure  », affirme Me Jean-Claude Broutin. Pourquoi ont-elles changé de noms et de statuts ? Pour des questions de procédure : «  Pour agir, une association doit avoir un intérêt à agir et être antérieure au projet contesté. Les requérants ont donc utilisé une association existante, qui avait l’ancienneté nécessaire, dont ils ont changé les statuts. »

Quant aux particuliers requérants, on trouve d’abord deux anciennes figures bien connues de l’extrême-droite amiénoise. La première est le Dr Serge Delannoy, le radiologue et cancérologue jadis fondateur de la clinique Jules-Verne. «  Je suis français, chrétien, militariste et je suis fidèle à nos racines gréco-romaines, latines et chrétiennes. Je tiens à défendre notre identité  », déclarait hier par téléphone celui qui se reconnaît «  d’une pièce  », catholique traditionaliste, plusieurs fois candidat pour le Front National, dont il fut exclu pour avoir suivi Bruno Mégret.

La seconde est le Dr Florence Perdu, membre du Parti de la France – fondé en 2009 par Carl Lang, autre dissident du Front national –, dont elle fut candidat aux élections législatives de 2012 dans la première circonscription (486 voix ; 1,04 %). Problème que ne manquera pas de soulever Me Broutin : tous deux sont domiciliés en centre-ville et l’on se demande quel intérêt direct ont-ils à s’opposer à une mosquée qui se trouvera au nord d’Amiens. Le troisième requérant est l’ancien patron de la boulangerie-pâtisserie située au 161, chaussée Saint-Pierre et aujourd’hui fermée. «  Trois autres requérants sont de ses clients qui se sont désistés mais figurent encore dans la procédure  », croit savoir Jean-Claude Broutin.

Ces deux associations et ces six particuliers sont défendus par Me Maxime Moulin, du barreau de Lille, qui n’était pas en mesure de nous répondre hier.

L’autre recours est engagé par Me Karine Destarac du bureau de Paris pour le compte de deux personnes qui, elles, habitent le quartier «  mais n’ont saisi le tribunal qu’en 2015, bien au-delà du délai de deux mois  », selon Me Broutin. Cette dernière n’était pas joignable hier.

Benoît Delespierre




Nouveau commentaire :


Publicité





Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don

Galerie Photos