Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : L'entente politique et la coopération entre la France et la Russie sont nécessaires à nos deux nations,à la sécurité en Europe et à la paix
Carl LANG : Pas d'islamisation chez nous! Défendons nos familles, nos traditions, nos libertés. Voilà un des slogans de campagne du Parti de la France
Carl LANG : Débauchage et petites manœuvres politiciennes: avec Macron, en marche vers la 4ème République !

Derniers tweets
LePartidelaFrance : Clip officiel du Parti de la France - élections législatives 2017: Clip officiel diffusé... | #lepartidelafrance https://t.co/WlgSGBwajB
LePartidelaFrance : Enfants disparus : 5 disparitions par heure en France: 49.000... | #lepartidelafrance https://t.co/p0N7JD3DL2 https://t.co/7kYIIAh6x6
LePartidelaFrance : Le quinquennat d’Emmanuel Macron signera-t-il la fin de la parenté... | #lepartidelafrance https://t.co/9bRlcJKhx4 https://t.co/bHL5P9SUY2

Partager ce site



L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



Panorama des 11 candidats en lice pour la présidentielle…


Rédigé le Lundi 20 Mars 2017 à 08:00 | 2 commentaire(s)

Extrait de l'Édition du 20 mars 2017
Réinfo, journal d'information bimensuel du Parti de la France


Ils seront donc onze à briguer les suffrages des Français pour l’élection présidentielles du 23 avril prochain. Nous aurions pu voir concourir notre ami Jean-Claude Martinez, le Général Tauzin ou encore Henri Guaino. Mais la publication systématique de tous les parrainages a fait peur à nombres de maires ruraux et autres élus locaux.
Dur de boucler son budget communal sans les subventions départementales et régionales. En effet, les rétorsions sont monnaies courantes si l’on parraine un élu qui risquerait de perturber le système en place.
Petit panorama des heureux élus, donc, de l’extrême-gauche à la droite inassumée.
 
Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière… Que dire ? Elle se définit comme la seule candidate « communiste ». N’importe quel candidat qui se revendiquerait « nazi » serait interné ou emprisonné, mais là, non. On peut se revendiquer d’une idéologie qui a fait 100 millions de morts et avoir ses 500 signatures… En attendant la révolution, son seul objectif politique, ses combats sont l’accueil des migrants à bras ouverts et la suppression des frontières.
 
Philippe Poutou, au nom du Nouveau Parti Anticapitaliste, qui n’est plus si nouveau que ça. Lui se revendique « marxiste », nourri d’idées anarchistes… Mais il partage le même but politique que sa consœur de L.O. : la révolution. Avec le féminisme et l’internationalisme…
 
Jean-Luc Mélenchon, pour la France insoumise. Son programme a été édité au Seuil sous le titre L'Avenir en commun. Tiré à plus de 100.000 exemplaires, il comporte plusieurs axes : la VIe République, le partage des richesses, la planification écologique, la sortie des traités de l'Union européenne, le maintien de la paix et de l'indépendance de la France, notamment vis-à-vis des États-Unis... Mélenchon accorde également beaucoup d'importance aux thématiques du «progrès humain» et technologique, de la culture et du numérique. Assez clairvoyant sur les questions internationales, il a un seul problème… Il n’aime pas les Français… Il les verrait bien se diluer dans un grand melting-pot, aux accents prononcés d’arabe dont il garde la nostalgie de son enfance passée au Maroc. Dommage. L’homme est un tribun et il parle souvent vrai.
 
Benoît Hamon, le candidat par défaut du Parti socialiste, ou de ce qu’il en reste. L’aile gauche du PS, celle de la légalisation du cannabis et du revenu universel. Un PS qui voit donc ses troupes s’éparpiller vers Mélenchon ou Macron, selon leur degré de gauchisme ou de carriérisme… Hamon n’est là que pour se faire un nom et une place dans la future et irrémédiable reconstitution de la Gauche…
 
Emmanuel Macron… Le chouchou des médias et du système. Nous avons aussi mis à jour ses liens avec les groupes de presse dans une précédente édition. Il suffit de voir qui le rallie, pour comprendre que c’est une pure création de François Hollande, une promesse de continuation dans les réformes sociétales qui ont déjà fait tant de dégâts. Macron, c’est la promesse de naturalisations de masse et une soumission absolue au nouvel ordre mondiale. 5 ans avec Macron et nous aurons fait un grand pas vers cette société métissée, LGBTI, consumériste, amnésique et déracinée qu’ils veulent tant. Pour le Mouvement patriote, c’est la candidature à abattre, en contrecarrant le programme écrit à l’avance, du duel Le Pen/Macron du second tour.
 
Jean Lassale, au nom de… la ruralité. C’est le seul candidat à se présenter sans étiquette, ni parti, même s’il est classé comme centriste à l’assemblée nationale. Il chante en béarnais au sein de l’hémicycle, fait une grève de la faim pour empêcher une délocalisation d’usine, et son tour de France, à pied, en 2013 l'a rendu populaire auprès des Français qui l’ont croisé. Récemment, il s'est fait remarquer — et écharper par la presse — en visitant la Syrie et en rencontrant Bachar el-Assad. Ce fut l'occasion également de faire part de ses positions russophiles.
Il conçoit cette présidentielle comme une tribune pour ses idées très ancrées dans le terroir de France : il veut avant tout défendre la ruralité et prône la création d'un service civique obligatoire lors duquel le permis de conduire serait délivré gratuitement par l'État qu’il veut « reconstruire ». Il fait l'éloge de l'apprentissage et veut un plan pour l'éducation «digne de Jules Ferry». Sa qualification pour cette présidentielle apporte incontestablement, un peu de fraîcheur et de nouveauté, dans le marigot…
 
François Fillon, au nom des Républicains et des Centristes. Nous avons déjà longuement détaillé, dans une précédente émission, ce que nous pensions des affaires qui lui tombent dessus toutes les semaines. Une chose est claire : le système veut sa peau, car il est le seul à pouvoir empêcher Emmanuel Macron d’accéder à la Présidence. Il aurait pu faire la différence, mais on voit bien qu’il est l’otage des Centristes, qui l’obligent à évincer tout ce qui peut, de près ou même de très loin, porter la marque d’une Droite qui s’assumerait, comme les partisans de Sens Commun ou de Charles Million. Sa campagne, inexistante et inaudible, ne se démarque que par ses reniements et ses concessions. Faible aujourd’hui, pourrait-il être fort demain, une fois installé à l’Élysée ? Et pour faire quoi ? On a l’amère sensation qu’il est le moins pire des présidentiables du second tour. À condition qu’il y soit, au second tour…
 
Jacques Cheminade… Comment dire. Entre la généralisation de la pratique du chant en chorale ou l'interdiction du jeu «Pokemon Go», on a un peu de mal à le prendre au sérieux quand il parle de «la dictature molle financière» et des forces de Wall Street. 0,28% en1995, 0,25% en 2012. Alors 0,22% pour 2017 ?
Dommage qu’il ait abandonné sa proposition de relancer le programme spatial avec la création de stations orbitales terrestre basse, c’était l’une des plus sérieuses et des plus réfléchies, pour le développement de la recherche et de l’industrie…
 
Marine Le Pen. Candidate des reniements, elle a jetée aux orties les « fondamentaux » du Front National avec son père. Disparue la défense de la famille, l’inversion des flux migratoires, la défense de nos identités et même le nom de son père… C’est désormais la candidate d’une formation « Bleue Marine » — elle a bien soulignée qu’elle n’était pas la candidate du front National — laïciste, jacobine, centralisatrice, en quête d’une dédiabolisation qui ne sert à rien. Une recette des années 60 qui n’a jamais fonctionnée. C’est la candidature utile du système, qui mise sur sa présence au secours tour pour assurer, de facto, l’élection d'Emmanuel Macron. Voter « Marine » au premier tour, c’est assurément voter Macron. Empêtrée dans de multiples affaires financières, confrontée à de graves dissensions internes dans un parti ruiné et endetté à hauteur de 15 millions d’euros, son réveil au matin du 24 avril risque d’être douloureux…
 
Nicolas Dupont-Aignan, de Debout la France. Le clone du néo-FN : laïciste, jacobin, centralisateur. Mais il n’a même pas l’ADN de l’ancien FN… Il se veut le dernier gaulliste, comme Arthaud se veut la dernière communiste. Lui aussi, il est d’un autre temps…
 
François Asselineau, de l’Union Populaire Républicaine. C’est le Mélenchon de droite… Clairvoyant sur les questions internationales, radical vis-à-vis de l’Union européenne. Mais en interne, il refuse de voir les problèmes liés à l’immigration et à l’islamisation. Pour lui, il n’y a pas de grand remplacement de population et il ne sera jamais question avec lui de remigration ou d’inversion des flux migratoires… Dénoncer l’islamisme, c’est participer à un complot de la CIA… Étonnant.
 
La Parti de la France ne donnera pas de consigne de vote pour cette élection présidentielle, ses électeurs étant suffisamment matures pour en comprendre les enjeux et ne pas être les pigeons d'un système qui voudrait leur voler le second tour, en le jouant dès maintenant dans les sondages.




1.Posté par PSHERBE le 24/04/2017 10:23
Cette analyse est totalement éclairante et pertinente: elle conduit à l'idée que de toute façon, il n'y a rien à espérer de cette élection et d'une façon générale elle montre que le système électoral est entre les mains de la finance et des partis pourris du système. Le jeu électoral est truqué! Alors où est l'avenir? Pourtant le PDF ne fait pas entendre sa voie de façon efficace sur internet, comme le fait Mélenchon qui par sa stratégie et sa personnalité a émergé dans le paysage politique en utilisant les médias et une contestation virulente. Pourquoi le PDF reste-t-il un parti de résistance, toujours discret, alors que ses arguments sont solides? Pourquoi ne fait-il pas sonner le tocsin à la veille de la destruction de ce pays? Je m'interroge sur la place qu'il entend occuper et sur sa stratégie trop molle.

La rédaction : Il ne s'agit pas tant de la "mollesse" de nos positions que de l'espace médiatique qu'il nous est laissé… c'es-à-dire zéro. Nous luttons avec nos moyens, sans financement public. Cette webtélévision est une arme, comme les tracts que distribuent nos militants. Nous ne refusons aucun don, aucune aide.

2.Posté par PSHERBE le 24/04/2017 20:40
Si on cherche sur le net des vidéos qui parlent de Marine LE PEN, on constate que les médias lui donne une place importante et publient des vidéos à son sujet (le Monde, BFMTV, le parisien, Le point, le Huffingtonpost, etc ). Certes ils l'utilisent comme repoussoir électoral. Mais de son côté Marine LE PEN joue à fond la diffusion de ses messages sur les réseaux; Comment expliquez -vous qu'elle puisse diffuser des vidéos sur YouTube telle que celle-ci: ttps://www.youtube.com/channel/UCU3z3px1_RCqYBwrs8LJVWg
Le PDF ne peut-il pas utiliser les mêmes moyens et sortir d'une communication en vase clos entre lui et ses adhérents? Il faut développer une extériorisation qui n'implique pas nécessairement des "dons". Je subventionne le PDF, mais je trouve que nos procédés sont encore peu efficaces. Marine LE PEN vient de publier un appel (du 7 mai) sur Boulevard Voltaire dont le contenu devrait nous convenir sur le fond. Il est temps de rassembler les souverainistes et de cesser de cultiver nos divisions. Il faut choisir entre laisser un Macron prendre le pouvoir et conduire la France au désastre ou soutenir ceux qui peu ou prou veulent faire pencher la balance du côté de la défense de la France contre le mondialisme. Il faut voter utile ou crever.

Nouveau commentaire :



Publicité





Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don

Galerie Photos