Pourquoi faire un don

Publicité


Les dernières Photos
6C7B5191-5C43-4A5C-9C57-6411554C60F6
790615B4-D05A-425C-9F01-3365C731E249
3D6F96CF-9432-4ABC-8E04-87FC59B82FF5
3C659A2B-469A-4BF6-845E-402DF7DA3E02
D0FB66E8-8F1F-457D-B0CF-6A6709BA07EC
BEDCCBBC-5841-4BD6-935B-38977B7A8093
0DDA2CDD-EB7B-4395-BD49-9CBB11CE971A
08421EBC-B10E-4885-A4A6-859DD7D506DB
FB24DB79-4D1D-4D2C-BD8F-2936E1AA2516
IMG_4576
IMG_20181103_173058_resized_20181103_054753020
2017-04-27T114947Z_2_LYNXMPED3Q0T4_RTROPTP_3_FRANCE-ELECTION-STUDENTS.JPG.cf

5 millions de Français vivent avec moins de 855 € par mois



La première édition du Rapport sur la pauvreté, réalisé par l'Observatoire des inégalités, présente deux tendances claires : la pauvreté ne diminue plus en France, et les plus jeunes sont en première ligne.


Le constat est alarmant. «Depuis dix ans, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France augmente», analyse Anne Brunner, dans le Rapport sur la pauvreté de l'Observatoire des inégalités. Selon Noam Leandri, son président, «la société française souffre de l'écart entre les discours et les actes». Il met en cause des «promesses non tenues» et affirme que «l'élitisme social français laisse trop de concitoyens sur le bord de la route». Le seuil de pauvreté que prend en compte l'Observatoire pour ce rapport est fixé à 855 euros par mois, soit 50% du revenu médian. État des lieux, évolution historique, visage de la pauvreté: voici ce qu'il faut retenir de ce rapport.

Depuis 1970, la courbe retraçant le taux de pauvreté se sépare en deux périodes: l'avant et l'après 2000. En 1970, on comptait 5,7 millions de pauvres au seuil à 50%. En 1990, le chiffre est tombé à 3,7 millions après plusieurs baisses régulières. Mais, à partir du début des années 2000, le nombre de pauvres en France ne connaît plus ces diminutions, pourtant habituelles depuis plus de trente ans, constate le rapport. Au contraire, le nombre de personnes pauvres a même eu tendance à augmenter, pour plafonner à cinq millions en 2013. «La reprise de l'activité économique et la diminution du chômage» a interrompu cette hausse, sans pour autant faire baisser le nombre de pauvres. Ce que le rapport met en avant n'est pas une «explosion de la misère» mais plutôt une hausse du nombre de personnes qui décrochent du niveau de vie des classes moyennes.

source : lefigaro.fr



Nouveau commentaire :