Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : Sous la présidence de Jean-Marie Le Pen, l'association Front national n'était pas mise en examen et son trésorier n… https://t.co/suwF5J7O8T
Carl LANG : L'immigration de masse continue : Plus de 200 000 entrées légales par an, sans compter les clandestins. Le gouvern… https://t.co/jarzL1aqet
Carl LANG : Tous ceux qui se reconnaissent dans les principes et les valeurs de la Droite nationale française et qui ont la vo… https://t.co/H1fenXhtWs

Derniers tweets
LePartidelaFrance : Leetchi supprime la cagnotte des identitaires de Poitiers mais ferme les yeux sur les cagnottes islamistes Le site… https://t.co/45w5klBq4m
LePartidelaFrance : SPORTS, RELIGION ET SÉCURITÉ DE L'ÉTAT....... Lutter contre la radicalisation islamiste dans le sport. Les pratique… https://t.co/rZlKPblRXI
LePartidelaFrance : Les chandeliers de Hanoucca – Mais où sont donc les laïcistes, maçons et autres libres penseurs? Comme chaque année… https://t.co/Ob82ygULnG

Partager ce site



L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Accepter de déléguer notre sécurité, c’est accepter de réduire nos libertés


Rédigé le Lundi 20 Mars 2017 à 08:00 | 0 commentaire(s)

Extrait de l'Édition du 20 mars 2017
Réinfo, journal d'information bimensuel du Parti de la France


Cette nouvelle URSS, qu’est devenue l’Europe de Bruxelles, tend toujours un peu plus à priver les citoyens européens de leurs droits élémentaires, à commencer par leur droit à la sécurité. Profitant des attentats de Paris et de Bruxelles, de hauts fonctionnaires, bien à l’abri de leur quartier sécurisé et de leurs gardes du corps, et à la demande expresse — on le sait maintenant — du ministre de l’intérieur français, Bernard Cazeneuve —, n’ont eu de cesse depuis un an de désarmer totalement les derniers civils européens possédants une arme à feu, qu’ils soient tireurs sportifs, collectionneurs ou chasseurs.

Une nouvelle directive européenne sur les armes à feu a été votée cette semaine à Strasbourg, par une bande de moutons terrifiés par le politiquement correct. Même si des amendements ont été apportés et limitent la nocivité de cette directive européenne, cette dernière reste imprégnée d’une idéologie boboïsante et bisounours, totalement déconnectée de la réalité.

 

On balayera tout de suite l’amalgame insultant qui est fait entre terroristes et détenteurs légaux d’armes à feu. Les terroristes s’équipent dans des filières mafieuses, sur des stocks venant d’anciens pays de l’est, que les frontières poreuses de Schengen n’arrivent pas à endiguer. Pas un terroriste ne s’est servi d’une arme légalement enregistrée, pas un détenteur d’arme légale n’a été impliqué dans une tuerie de masse en France, à l’exception notable du conseiller municipal Vert, Richard Durne, qui, en 2001, avait ouvert le feu sur ses collègues de Nanterre. Mais ce détenteur d’arme n’était plus en règle depuis plus de trois années, pendant lesquelles son médecin et la Fédération Française de Tir n’avaient eu de cesse que d’alerter les services préfectoraux de sa dangerosité… sans aucune réaction de la part des pouvoirs publics.

Rappelons qu'en France, pour détenir une arme et pratiquer le tir, il faut :

  • -    être reconnu apte par son médecin traitant
  • -    être inscrit auprès de la FFT et pratiquer régulièrement le tir
  • -    obtenir une autorisation préfectorale valable 5 ans, après enquête de gendarmerie
  • -    conserver ses armes à son domicile, dans un coffre spécialement dédié à cet effet.
  • -    Et, quoi qu’il arrive, vous n’avez pas le droit d’avoir d’arme tirant en rafale, seulement des armes tirant au coup par coup, soit de façon manuelle ou automatique.

Et c’est contre ces armes que la Commission européenne a décidé de partir en guerre, et d’en interdire la possession. Sans d’ailleurs dire ce qu’il faudrait faire de ses centaines de milliers d’armes, où les stocker, comment indemniser leurs propriétaires… Une mesure prise dans l’émotion, une émotion plus palpable dans les rangs de ses élus déconnectés du pays réel, que dans le pays réel justement.

 

Quand un gouvernement rempli ses devoirs, il n’a pas peur de son peuple. C’est quand il œuvre contre les intérêts de ce dernier, qu’il craint de le voir armé. Les révolutions populaires amènent parfois des ministres à se balancer au bout d’un réverbère, mais il y a longtemps qu'en Europe ce n’est plus le cas.

Petit rappel historique.

• 1911, la Turquie instaure le « contrôle des armes ». De 1915 à 1917, 1,5 million d’Arméniens, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

• 1929, l’Union Soviétique instaure le « contrôle des armes ». Entre 1929 et 1963, 20 millions de dissidents, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

• 1935, la Chine instaure le « contrôle des armes ». De 1948 à 1962, 20 à 35 millions de dissidents politiques, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

• 1938, l’Allemagne instaure le « contrôle des armes ». C’est en application de cette loi, renforcée par une loi française de 1939, puis de 1940, que la détention d’arme est toujours interdite en France, sauf dérogation. Ce qui était avant 1939 une généralité, un droit pour tous, est désormais une exception.

• 1956, le Cambodge instaure le « contrôle des armes ». De 1975 à 1977, 1 million de gens instruits, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

• 1964, le Guatemala instaure le « contrôle des armes ». Entre 1964 et 1981, 100 000 indiens Mayas, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

• 1970, l’Ouganda instaure le « contrôle des armes ». De 1971 à 1979, 300 000 Chrétiens, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

• 1994, le Rwanda instaure le « contrôle des armes ». En 1994, 800 000 Tutsis, incapables de se défendre, sont fusillés et exterminés.

Depuis la nuit des temps, ce qui fait la différence entre le peuple soumis et le peuple vainqueur, entre l’esclave et l’homme libre, a toujours été le droit de détenir et de porter une arme. Le Comité de Rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, le 18 août 1789, déclare, je cite : « Aucun pays n’est plus paisible et n’offre une meilleure police que ceux où la nation — comprendre l’ensemble des citoyens —, est armée ». Fin de citation.

 

L’Europe va à l’encontre de ce qui se fait dans le monde.

En Israël, face à la menace terroriste et à la recrudescence des attaques à l’arme blanche, au couteau ou à la machette, le Ministère de l’Intérieur a exhorté les quelque 200 000 civils israéliens possédant une licence de détention d’armes à feu… à la porter en toute occasion, pour pouvoir, le cas échéant, en l’absence de forces militaires ou policières, répondre à une attaque.

Le Maire de Jérusalem, Nir Barkat a lui aussi exhorté ses résidents à porter leur arme quotidiennement. Et comme il l'a souligné, je cite : « L’avantage en Israël, c’est qu’il y a un nombre significatif d’ex-membres des unités militaires qui ont l’expérience du combat opérationnel ».

 

Aux États-Unis, les états possédant des « Gun Free Zones », c’est-à-dire des zones interdites à tout détenteur d’arme même légale, reviennent sur cette doctrine qui fait de ces zones… des terrains de chasse pour les tueurs de masse, qui cherchent bien évidemment des proies faciles, désarmées et incapables de se défendre. Au contraire, dans les Universités texanes, par exemple, où professeurs et élèves sont armés, il n’y a eu aucune tuerie de masse.

C’est sûr, entrer dans une classe où tout le monde est armé est un peu plus risqué… Certains états forment même leurs professeurs et agents administratifs des petites écoles et collèges, pour répondre à toute menace extérieure. Et cela marche.

 

Certains états européens ont même compris tout l’intérêt d’avoir des citoyens bénévoles, formés et armés, c'est le cas de la Hongrie, mais aussi de la Tchéquie qui veut inscrire dans sa constitution, le droit de porter une arme. Un amendement qui n’est pas demandé par un quelconque fêlé nazillon, mais par le gouvernement lui-même qui veut le faire ratifier lors des prochaines élections législatives d’octobre. Les 300 000 détenteurs légaux d’armes tchèques seront, sur la base du volontariat et après une formation similaire à celle des forces de l’ordre, habilités à porter une arme et à assurer bénévolement, une mission de sécurité publique.

Sur l’île d’Utoya, si le franc-maçon Anders Brewic avait rencontré ne serait-ce qu’un seul individu armé, il n’y aurait certainement pas eu 68 adolescents exécutés à bout portant.

Si au Bataclan, il y avait eu dans la foule des individus responsables et formés, il y aurait eu moins de victimes.

 

On le voit, la solution n’est pas dans le désarmement total de la population. Bien au contraire. Il ne peut y avoir un policier derrière chaque citoyen, et cela n’est d’ailleurs pas souhaitable. Comme le prouve l’acte terroriste commis à Orly ce vendredi, dans une population désarmée, tout militaire ou policier devient une cible. Tout le monde n’a pas les moyens d’avoir des gardes du corps, comme M. Cazeneuve. Les civils sont toujours les premiers sur place, lors d’un acte terroriste. Si l’Europe veut réellement protéger ses citoyens, alors elle doit permettre à ceux qui le veulent, qui le peuvent, de s’armer et de se défendre. Après enquête de moralité, l’absence de toute pathologie psychiatrique ou alcoolique, un entraînement régulier équivalent aux policiers en tenue, sur la base du volontariat et en acceptant le contrôle de la justice a posteriori, pourquoi empêcherait-on un civil de porter une arme pour sa défense, celle de ses proches, celle de la collectivité nationale ?

Accepter de déléguer notre sécurité, c’est accepter de réduire nos libertés, nos responsabilités, notre autorité populaire sur des dirigeants qui, eux, quoi qu’ils arrivent seront escortés, protégés et intouchables. Le droit d’être armé et de porter une arme ne doit plus être un privilège réservé à une caste. Si les moutons avaient des dents et une carapace, les loups seraient moins tentés de les attaquer…

 




Nouveau commentaire :



Publicité





Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don

Galerie Photos