Pourquoi faire un don

Publicité


Les dernières Photos
D0FB66E8-8F1F-457D-B0CF-6A6709BA07EC
1F25F542-2782-4176-9990-52735973B5FB
BEDCCBBC-5841-4BD6-935B-38977B7A8093
0CCF0945-DBEE-4618-B2B5-AE417F76C601
0DDA2CDD-EB7B-4395-BD49-9CBB11CE971A
08421EBC-B10E-4885-A4A6-859DD7D506DB
FB24DB79-4D1D-4D2C-BD8F-2936E1AA2516
IMG_4576
IMG_20181103_173058_resized_20181103_054753020
2017-04-27T114947Z_2_LYNXMPED3Q0T4_RTROPTP_3_FRANCE-ELECTION-STUDENTS.JPG.cf
EAF81F31-5B3F-4EAC-95ED-80921711BFAA
IMG_20180501_112402_resized_20180501_091055428

Alstom Belfort, mais pour qui nous prennent-ils ?!



Comme un triste air de déjà vu à Grandrange ou à Florange, à quelques mois des élections présidentielles et législatives de 2017 et alors que l’Etat actionnaire au sein d’Alstom assure n’avoir rien vu venir, François Hollande et son gouvernement assurent être « mobilisés et déterminés à pérenniser l’activité sur le site de Belfort et à sauvegarder les emplois menacés ».


Malhonnêteté intellectuelle et morale ou vulgaire aveu d’incompétence, les nouvelles promesses socialistes n’engagent déjà que celles et ceux qui voudront bien y croire au lendemain de la démission (prémonitoire ?) d’un Emmanuel Macron que l’on présente aujourd’hui comme le nouveau messie de l’économie Française !
 
Alors, curieusement, ce qui n’était jusque-là pas possible ou prévu avant l’annonce de la suppression du site belfortain est soudainement possible par la mise à contribution précipitée de la SNCF - déjà lourdement endettée - et de la RATP pour gonfler (artificiellement ?) des carnets de commande dans l’espoir d’assurer de l’activité uniquement pour quelques mois, le temps de refiler la patate chaude au successeur de l’Elysée.
 
Au final, dans un avenir plus qu’incertain, c’est encore et toujours les ouvriers Français qui trinqueront assurément, victimes des promesses électorales alors que l’Etat socialiste n’a jamais été aussi prévoyant pour organiser l’invasion migratoire de la France en accueillant généreusement des migrants aux frais du contribuable !
 
 
Christophe DEVILLERS,
Délégué régional du Parti de la France pour la Franche-Comté.


Nouveau commentaire :