Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : La loi de 2017 relative à la sécurité publique se révèle déjà insuffisante et inadaptée. Face aux agressions physiq… https://t.co/XWFXI5XKGq
Carl LANG : Au moment où les fanatiques laïcistes s'acharnent à faire interdire nos crèches de Noël, que cette fête de la nativ… https://t.co/KcLJPDE5Gc
Carl LANG : Dans l'affaire de Béziers, le tribunal administratif rejette la dimension culturelle de la crèche de Noel afin de j… https://t.co/RK9zSuJk51

Derniers tweets
LePartidelaFrance : A propos des Fake News... Le FN aurait fabriqué le faux témoignage d'un faux journaliste pour mettre en difficulté… https://t.co/FLdrfDqnkq
LePartidelaFrance : 12e Marche pour la Vie : tous à Paris le 21 janvier prochain ! Carl Lang et les militants du Parti de la France, pa… https://t.co/JfztFBEtVA
LePartidelaFrance : L'inquiétant phénomène des bandes Samedi soir, un adolescent a été mortellement poignardé en pleine rue de la Roque… https://t.co/XzbUAbQMF2

Partager ce site



L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        



JOHNNY, UN HEROS ? AVEC MACRON ON EST TOUJOURS DANS L'OUTRANCE !


Rédigé le Mercredi 6 Décembre 2017 à 21:32 | 0 commentaire(s)

Le Président de la République a qualifié « de héros » mercredi 6 décembre depuis Alger où il se trouve en visite, l’immense vedette Johnny Hallyday, après l’annonce de sa disparition au terme d’une longue lutte contre le cancer. Non, notre Johnny national n’est pas un héros, c’est un monstre sacré du « showbiz », « l’idole des jeunes et des moins jeunes », un talentueux « rocker » qui a électrisé les foules pendant plusieurs décennies. Et nous ferons bien souvent appel à notre mémoire, pour fredonner une ou deux de ses chansons qui ont marqué notre temps.


Mais un héros, c’est un Darnand, celui de 1940, pas de 1943, qui ramène sur son dos, depuis les lignes ennemies, le corps de son officier, c’est un passant qui sauve de la noyade un inconnu ou un pompier qui, se jetant dans les flammes pour en retirer une personne, fait honneur à sa devise, « sauver ou périr ». Emmanuel Macron cultive l’outrance verbale, comme le prouve, coïncidence, sa brutale analyse délivrée  aussi à Alger, lorsqu’il était candidat à la fonction présidentielle, qualifiant la colonisation française de « crime contre l’humanité ». Comme quoi des études très supérieures ne donnent pas forcément un bon brevet en sémantique.

Certains ont même évoqué comme sépulture carrément, le…Panthéon ! Qu’un hommage national soit rendu à ce « gratte guitare » de génie, soit. Mais là encore, sachons mesure et raison garder. Et le signataire de ce court papier est d’autant plus à l’aise pour l’écrire qu’il se trouve qu’il était, naguère et jadis, il y a longtemps, au siècle dernier, en 1965, dans la même caserne d’Offenbourg (FFA) que le sergent Smet du 43 ème RBIma.

Et je me souviens d’une folle soirée où, sur le plateau des couleurs, Johnny et Sylvie, hissés sur un châssis de VTT ou d’AMX, je ne sais plus, chantaient en duo devant un public fraternellement mêlé d’Allemands et de Français, de jeunes appelés et de cadres de carrière, képis ou bérets en bataille, bousculés par l’ardeur des spectateurs.

C’est, je l’avoue, un souvenir inoubliable. Et, avec la mort du célèbre chanteur, avec la disparition du soldat Smet, c’est aussi, pour nous ses contemporains qui partagions les mêmes chambrées, les mêmes réfectoires, un peu à notre propre effacement auquel nous assistons.

Soldat/guitariste Smet : « présent » !

 

 

Jean-Claude ROLINAT




Nouveau commentaire :


Publicité





Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don