Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : Les peuples d'Europe qui ont encore une conscience et une fierté nationales survivront à la marée migratoire. Les a… https://t.co/EUCOyhFFTT
Carl LANG : RT @MartialBild: Tous les programmes de ⁦@tvlofficiel⁩ sont dispo sur https://t.co/0Ktc9alZuF. Regagnons la bataille de l’audience ! https:…
Carl LANG : Les politiques de coopération avec l'Afrique doivent se réorienter d'urgence vers le développement agricole et le m… https://t.co/reZQptXnml

Derniers tweets
LePartidelaFrance : La Hongrie adopte la loi "Stop-Soros" qui pénalise les ONG aidant les migrants Promise par le Premier ministre Vikt… https://t.co/9MglVgNbqr
LePartidelaFrance : A écouter sur les ondes ... Chaque jeudi , retrouvez nos amis Arnaud Menu et Jean-Claude Rolinat sur Radio Libertés… https://t.co/XvWuPDTPG1
LePartidelaFrance : Le grain de sel de Jean-Claude ROLINAT LETTRE D’AMERIQUE. Je viens d’achever mon 12 ème voyage aux Etats-… https://t.co/y9Aj7tBhg7

Partager ce site



L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



La France rurale, principale victime du racket fiscal anti-automobiliste


Rédigé le Dimanche 11 Mars 2018 à 12:50 | 0 commentaire(s)

Extrait de l'Édition du 12 mars 2018
Réinfo, journal d'information bimensuel du Parti de la France


Le porte-parole du gouvernement a confirmé mercredi que la limitation de la vitesse à 80 km/h serait bien appliquée, le 1er juillet, sur l'ensemble des routes secondaires sans séparation de voies. Cela malgré la protestation des élus locaux, la non-pertinence des études expériences déjà réalisées dans d’autres pays européens, comme le Royaume-Uni ou le Danemark, et malgré les nombreuses objections, de bon sens, soulevées par les associations de défense des automobilistes.

« Le dispositif prévu sera mis en œuvre comme prévu et son efficacité sera évaluée en 2020 », c'est ce qu'a précisé Benjamin Griveaux à l'issue du conseil des ministres, en affirmant, je cite toujours « que le président de la République et le Premier ministre étaient d'accord sur ce dossier ». Je pense que vous comme moi, sommes ravis d’apprendre que les deux marionnettistes sont d’accord sur ce sujet. Notez tout de même que cette belle harmonie n’est pas forcément partagée, au sein même du Gouvernement, puisque Jacques Mézard, le très discret ministre de la Cohésion des territoires, a fait part, lors de ce même Comité interministériel de sécurité routière, de sa désapprobation au sujet de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, étant lui-même issu d'un département rural, le Cantal.

 

Il faut bien constater que la limitation de la vitesse à 80 km/h n’est que la énième mesure de racket fiscal, racket qui a explosé ces derniers mois : hausse de la fiscalité sur les carburants, du prix du contrôle technique et des réparations obligatoires, des tarifs d’assurances, des péages d’autoroutes, du montant des amendes, de la fiscalité des véhicules considérés bien souvent, à tort, comme les plus polluants…

Si des millions d'automobilistes et leur famille vont être impactés dans la France entière par les mesures susmentionnées, les plus touchés seront bien les automobilistes de la France périphérique. En effet, il y a peu de risque de voir une voiture à plus de 50 km/h dans nos villes embouteillées par des mesures idéologiques et démagogiques, comme à Paris, avec l’hystérique Hidalgo.

Selon les dernières études statistiques réalisées en 2015, les ménages disposant au moins d'un véhicule résidaient principalement en zone rurale (94,6 %) ou périurbaine (92,5 %) ; et dans une moindre mesure en banlieue (82,1 %) et en centre-ville (71,6 %).

 

Ces mesures vont renforcer l'isolement et la précarisation de la France périphérique, dépendante de la voiture pour effectuer ses déplacements.

Et ce d’autant plus que les populations rurales et périurbaines sont naturellement celles qui effectuent les trajets routiers les plus longs : ils seront, par suite, naturellement les plus impactés par la hausse de la fiscalité applicable sur l'essence et le gazole ; et accessoirement, par la limitation de vitesse à 80 km/h et les amendes corrélatives. Tout cela au moment même où le Gouvernement préconise la fermeture de lignes ferroviaires en zone rurale, lignes qui pourraient être une alternative à la route ! Difficile de trouver une logique dans tout cela, surtout quand on se souvient des déclarations du Zébulon de l’Élysée pendant sa campagne électorale, je cite : « Les Français ne sont pas égaux face à la mobilité. Or l'absence de mobilité peut constituer un frein dans l'accès à l'éducation ou à l'emploi et venir alimenter le sentiment d'assignation à résidence ou de déclassement social ». C’était beau comme du macron et c’est creux comme du Macron.

 

La semaine dernière, nous avions évoqué cette question de la baisse de la vitesse à 80 km/h, en rappelant que si cette mesure a été prise, c’est surtout pour pallier le manque d’entretien des routes, à la charge de départements et de régions ruinés, par des politiques migratoires qui font des habitants de la Terre entière, en attente de la découverte de la vie sur Mars, des Français de papier éligibles aux aides sociales.

Les vraies mesures pour sauver des vies sont ailleurs. Le doublement des rails de sécurité pour les motards, par exemple.

Les rails simples, posés à 30 cm du sol, sont de vrais hachoirs pour les motards victimes de glissades. Mais, à la différence des radars chargés de veiller au respect des 80 km/h, et dont on estime la rentabilité à 335 millions d’euros, poser ces doubles rails, cela a un coût financier…

Est-ce que la vie de quelques motards, déjà rebelles par leur passion des deux-roues, en vaut le coût ? Visiblement pas…

Autre réalité, l’accidentologie des piétons et des cyclistes en milieu urbain. Pas à 80 ou 90 km/h donc, mais à 50 ou 30. Et ce serait la même chose à 20 km/h, car la responsabilité en incombe principalement à ces cyclistes et ces piétons qui se moquent du Code de la route, font fi des sens interdits, des feux rouges et autres priorités.

Tabasser encore et toujours l’automobiliste ne changera rien aux comportements des piétons qui se jettent sur les passages protégés en regardant partout sauf à gauche, avec la certitude que s’ils ne voient pas la voiture, elle n’existe pas… Interdire les kits main-libre aux automobilistes n’enlèvera pas de la tête des bobos parisiens que sous les pavés il y a la plage, et que dessus ils sont les rois de la pédale.

Une solution ? La gratuité totale des transports en commun, peut-être ? Serait-ce suffisant pour inciter les citadins à les utiliser ? Pas sûr, vu les conséquences sécuritaires et sanitaires générées par le « vivre ensemble ».

 

Alors, bien sûr, pour clore cette discussion qui n’a jamais eu lieu, les moutons, les veaux et les bobos nous sortiront l’argument imparable : c’est pour sauver 300 vies par an que le Gouvernement fait ça.

Outre que les expériences prouvent le contraire, le Gouvernement ne sera crédible que lorsqu’il se penchera sur les 210 000 enfants tués chaque année par l’avortement, ou encore sur les suicides, puisque la France a l’un des taux les plus importants dans toute l’Europe, bien devant les pays de l’Est.

Plus de 10 000 morts pour 200 000 tentatives. Aucune perspective d’avenir, isolement, peur du quotidien, mal-être et désespoir : c’est bien l’héritage laissé par 40 ans de politiques qui n’ont eu cesse de détruire notre Histoire, notre identité et notre avenir. Et c’est bien plus criminel que de rouler à 90 km/h sur une route départementale…




Nouveau commentaire :


Publicité




Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don

Galerie Photos