Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : Les misérables atermoiements et la faiblesse pathologique du gouvernement à l'égard des djihadistes et de leurs fam… https://t.co/C01AXhsMWU
Carl LANG : Pour célébrer le 11 novembre, le journal de France 2 met évidemment en valeur un fusillé de 1917 pour refus d'obéis… https://t.co/vM8KWGHtTK
Carl LANG : Transports, services publics, universités, crèches, hôpitaux: Tout est saturé en Ile de France, mais Hidalgo et les… https://t.co/ALEPToTnNX

Derniers tweets
LePartidelaFrance : Le nouveau scandale qui ébranle la mairie de Paris: L'opposition municipale soumet au Conseil de Paris, lundi proch… https://t.co/4KwlP4ToFr
LePartidelaFrance : Les classes moyennes sont les perdantes des nouvelles mesures de politique familiale: D'après des simulations réali… https://t.co/j6yjBI4Mj8
LePartidelaFrance : Saint Jean-Paul II : "Je vois l'Église affligée d'une plaie mortelle (...) elle se nomme l'islamisme": Extrait d'un… https://t.co/RK3jzVXis2

Partager ce site



L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      



Les opposants à la vaccination obligatoire, une minorité hétérogène et très mobilisée


Rédigé le Samedi 15 Juillet 2017 à 10:37 | 0 commentaire(s)

Ils sont de plus en plus visibles sur les réseaux sociaux depuis l’annonce par le gouvernement de son souhait de passer de trois à onze vaccins obligatoires pour la petite enfance.


Chaque fois, la phrase a déboulé dans la conversation en guise d’avertissement, aussitôt les premières présentations faites : « Nous ne sommes pas des anti-vaccins, nous voulons juste avoir la liberté de choisir. »

Ce préambule posé comme cadre d’échange, un à un, tous ont détaillé, argumenté, souvent longuement, souvent avec passion, qui citant telle étude publiée par ce professeur de Boston, qui invoquant l’histoire de ce garçon de six ans en fauteuil ou cet autre nourri par une sonde gastrique, pourquoi le projet du gouvernement de passer de trois à onze vaccins obligatoires, annoncé par la ministre de la santé Agnès Buzyn mi-juin et repris par le premier ministre Edouard Philippe dans sa déclaration de politique générale, les mobilise.

  

Ils sont parents, mais pas seulement. Parisiens, Toulousains, Strasbourgeois, Nantais ; ruraux ou citadins. Engagés ou non en politique. Scientifiques ou pas. Ne mangent pas forcément bio, ni ne se soignent avec des huiles essentielles. Bref, leur profil est aussi divers que leur moyen d’expression – dans la rue, sur Facebook, ou au détour d’une consultation médicale. Mais tous s’inquiètent d’une vaccination systématique des nourrissons contre autant de maladies, et l’ont largement fait savoir sur les réseaux sociaux depuis un mois.

Pour le gouvernement, face à la réémergence de certaines maladies, il n’y a pourtant pas d’alternative. La vaccination a permis de sauver des millions de vies. Sans obligation, près de 13 % des Français ne vaccineraient pas leur enfant, estime le ministère de la santé, ce qui provoquerait un problème de santé public majeur. Il va donc falloir convaincre. Et éviter que la gronde ne dégénère. En début de semaine, la menace a pris forme sur la maison du porte-parole du gouvernement,…
le monde.fr




Nouveau commentaire :



Publicité





Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don

Galerie Photos