Pourquoi faire un don

Publicité


Les dernières Photos
19B4B464-5AF0-4B04-A078-D652CABB6384
205D5BF8-74C5-4658-9503-AAF513F10024
6C7B5191-5C43-4A5C-9C57-6411554C60F6
790615B4-D05A-425C-9F01-3365C731E249
3D6F96CF-9432-4ABC-8E04-87FC59B82FF5
D0FB66E8-8F1F-457D-B0CF-6A6709BA07EC
BEDCCBBC-5841-4BD6-935B-38977B7A8093
0DDA2CDD-EB7B-4395-BD49-9CBB11CE971A
08421EBC-B10E-4885-A4A6-859DD7D506DB
FB24DB79-4D1D-4D2C-BD8F-2936E1AA2516
IMG_4576
IMG_20181103_173058_resized_20181103_054753020

Boko Haram, silence on tue : les Chrétiens du Nigéria abandonnés face au rouleau compresseur des tueurs islamistes



Rien ne semble arrêter l'avancée de Boko Haram dans le nord du Nigéria. Et ni la réponse insuffisante des pays africains, ni l'absence d'engagement formel de l'Occident ne font présager d'une amélioration. Le groupe armé va donc continuer son emprise par la violence sur les populations.


Atlantico : L'avancée de Boko Haram semble inéxorable et le Nigéria n'est pas en mesure de la stopper. Face aux exactions qui touchent les populations civiles, quelle réponse militaire est envisagée ?

Philippe Hugon : Pour l'instant, il y a déjà une mobilisation sur le terrain, du Nigéria bien sûr, mais aussi du Tchad, du Cameroun et du Niger. Ceci se fait dans le cadre de la "Commission du bassin lac Tchad". S'est ajouté en appui le Bénin. Une réunion à Niamey, regroupant 13 pays, dont les Etats-Unis et la France mais pas le Nigéria, ont prépaeé un plan pour une intervention militaire. L'Union africaine prévoit la constitution d'une force régionale de 7500 hommes, acceptée avec réticence par le Nigéria. Reste la question de son organisation et surtout de son financement. L'Union africaine, qui n'a pas les moyens, a donc demandé l'appui des Nations unies.  
 

Pourquoi une réponse militaire des pays occidentaux ou des Nations unies tarde-t-elle tant, alors qu'elle a, par exemple, été beaucoup plus prompte au Mali ou en Centrafrique ?

Une réunion organisée par François Hollande s'était tenue il y a quelques mois, ce qui était une première, car les tensions entre le Nigéria et le Cameroun notamment restent vives. Cependant, la France est en effet peu présente, car elle est au bout de ses capacités de financement et d'intervention. Si on regarde ce qu'il s'est passé après les attentats contre Charlie Hebdo, il a été décidé du renforcement important de la protection militaire en France, qui se fait – pour des raisons budgétaires – au détriment d'interventions extérieures. Et la France est déjà présente (...)lire la suite sur Atlantico


Nouveau commentaire :