Conspué, le Carmen anti-féminicide de Florence tourne au fiasco



Dans sa version de l'œuvre de Bizet, le metteur en scène Leo Muscato a décidé d'épargner la cigarettière, faisant d'elle une tueuse. Ce choix scénaristique n'a pas convaincu le public du Teatro del Maggio ni la presse transalpine.


Et le coup n'est pas parti... Un dénouement fatal à la première représentation, le 7 janvier, du Carmen mis en scène de Leo Muscato, dont toute l'Europe parle depuis une dizaine de jours. Les applaudissements, réservés aux comédiens, sont vite couverts par des sifflets et des huées. En réalité, dès l'apparition sur le plateau de l'homme qui a eu l'idée d'inverser les rôles à la fin de l'opéra de Bizet.

Un verdict compréhensible, tant les choix de Muscato avaient provoqué sinon l'indignation, du moins beaucoup de circonspection. Son spectacle devenant même l'aboutissement, dans ce qu'il a de plus cornichon, du politiquement correct. Pour son adaptation, l'Italien a choisi de bouleverser le final, en permettant à Carmen de tuer Don José. «L'idée m'a été suggérée par le directeur du théâtre qui voulait que je trouve un moyen pour ne pas faire mourir Carmen. Il estime qu'à notre époque, marquée par le fléau des violences faites aux femmes, il est inconcevable qu'on applaudisse le meurtre de l'une d'elles», avait expliqué Muscato quelques jours avant le début des représentations. L'annonce de cette modification avait suscité d'âpres débats parmi les critiques, qui considéraient , dans leur immense majorité, comme sacrilège de dénaturer une œuvre majeure de l'opéra, vieille de 143 ans.

 

Source : lefigaro



Nouveau commentaire :