Connectez-vous S'inscrire


Inscription à la lettre d'information

Derniers tweets de Carl Lang
Carl LANG : Les peuples d'Europe qui ont encore une conscience et une fierté nationales survivront à la marée migratoire. Les a… https://t.co/EUCOyhFFTT
Carl LANG : RT @MartialBild: Tous les programmes de ⁦@tvlofficiel⁩ sont dispo sur https://t.co/0Ktc9alZuF. Regagnons la bataille de l’audience ! https:…
Carl LANG : Les politiques de coopération avec l'Afrique doivent se réorienter d'urgence vers le développement agricole et le m… https://t.co/reZQptXnml

Derniers tweets
LePartidelaFrance : La Hongrie adopte la loi "Stop-Soros" qui pénalise les ONG aidant les migrants Promise par le Premier ministre Vikt… https://t.co/9MglVgNbqr
LePartidelaFrance : A écouter sur les ondes ... Chaque jeudi , retrouvez nos amis Arnaud Menu et Jean-Claude Rolinat sur Radio Libertés… https://t.co/XvWuPDTPG1
LePartidelaFrance : Le grain de sel de Jean-Claude ROLINAT LETTRE D’AMERIQUE. Je viens d’achever mon 12 ème voyage aux Etats-… https://t.co/y9Aj7tBhg7

Partager ce site



L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  



Le "grain de sel" de Jean-Claude Rolinat


Rédigé le Dimanche 11 Mars 2018 à 17:43 | 0 commentaire(s)

VIVA ITALIA !
Après la proclamation des résultats du scrutin du dimanche 4 mars 2018, les Italiens se sont réveillés sans majorité crédible « à portée de la main ». Grosso modo, il y a sur le « marché » politique trois blocs aux orientations, à première vue, difficilement compatibles.


Le "grain de sel" de Jean-Claude Rolinat
. A première vue seulement, car nous sommes en Italie, la patrie de toutes les « combinazione » possibles. Ce sera la tâche, ardue, du Président de la République Sergio Mattarella, de sortir un lapin du chapeau !
Nous sommes déjà à bien plus d’une semaine de la consultation et, si rien de précis ne se dessine, les conciliabules d’une facture « vaticanesque » vont bon train dans la ville éternelle.
Tout est possible
Tout est possible, depuis le système d’une majorité d’idées chère à Edgard Faure sous la IVème République, au coup par coup, loi par loi, jusqu’à une improbable coalition Mouvement cinq étoiles/Parti Démocrate. Mais là, le parti de Beppe Grillo, ripoliné avec le jeune napolitain Luigi Di Maio, âgé de 31 ans, se discréditerait en se reniant . Il y a une autre configuration possible, une addition des députés eurosceptiques de la Ligue de Mattéo Salvani avec 5 Etoiles. La majorité à l’Assemblée Nationale est de 316 députés. Avec presque 18%, - un bond de 14 points par rapport à la dernière consultation législative !-, le parti de Mattéo Salvini, 45 ans, l’allié de l’ex-Front National au Parlement européen, et les 32,68 % de M5S soit, respectivement 119 et 235 sièges, on arrive à un total de 354 députés, largement au-delà du seuil majoritaire. Mais le parti du fantaisiste Grillo est inclassable, ni droite, ni gauche, un peu comme les « marcheurs » français de LREM, et il a déclaré vouloir gouverner seul, revendiquant pour son parti  le poste de Président du conseil. Et, au sujet de l’immigration, la position de M5S n’est pas claire, variable d’une région à l’autre. Quant à la Lege de Salvini qui a abandonné sa spécificité « nordiste » pour se « nationaliser », et être présente  dans toute la botte, elle est liée  par un pacte à la coalition des droites, avec Forza Italia de l’inusable Berlusconi et Fratelli d’Italia, rescapé du MSI de jadis, dirigé par Gorgia Meloni qui a difficilement franchi le cap des 4%, dépassant d’un point le seuil fatidique et éliminatoire des 3 % pour avoir droit à la « curée » parlementaire. La coalition des droites, largement arrivée en tête avec 37 % n’obtient pas, toutefois, la majorité en nombre de sièges, ni à la Chambre avec 252 parlementaires, une centaine leur échappant, ni au Sénat, 133 sur 315. La coalition de gauche avec le Parti démocrate de Matteo Renzi a raté le coche, n’obtenant les faveurs que de 19 % des électeurs, jusqu’à 24 % en y additionnant ses petits alliés de gauche. Résultats médiocres empêchant, théoriquement, le PD d’être au cœur d’une coalition. Autre alternative : revoter.
Un puissant rejet
Adieu aux vieux partis de l’Italie d’après-guerre, le vieux PS de Pietro Nenni, l’inusable Démocratie Chrétienne d’Andreotti, le PCi si puissant, - rappelons-nous les facéties de Péppone et Don Camillo qui traitaient le sujet avec humour ! -, tous disparus, ils ont rejoint le musée des Antiquités politiques de l’histoire italienne ! Les causes du rejet de la Gauche et de ses sattelites sont connues : corruption, chômage, jusqu’à 32 %, des régions entières sinistrées dans le Mezzogiorno et une immigration massive d’environ 700 000 migrants depuis 2013 qui parasitent le pays. Certains, comme l’indéracinable Mafia semble-t-il, « font leur beurre » avec tous ces demandeurs d’asile dont on ne sait plus quoi faire, les dispersant ici ou là, et créant de graves problèmes de cohabitation. Les plus hardis tentent l’aventure en France à travers les cols alpins où des passeurs indélicats viennent les chercher, collaborant ainsi à l’invasion migratoire de notre pays où dix, cent, mille « Calais » sont potentiellement possibles. Ni Macron, ni Renzi, n’ont manifesté la volonté de régler la question en rapatriant les déboutés du droit d’asile. Silvio Berlusconi avait négocié avec Kadhafi un deal à ce sujet : le fantasque leader libyen empêchait les Africains candidats à l’exil de partir, en échange d’une « honorabilité » retrouvée. Sarkozy est passé par là, avec son mauvais Karcher !
Des raisons d’espérer
Après le Brexit, les victoires nationalistes et identitaires en Europe de l’Est, notamment en Hongrie et en Pologne, un Président eurosceptique et anti immigration à la tête de la Tchéquie, le durcissement des lois relatives aux étrangers au Danemark, la montée des partis « populistes » chez ses voisins, la probable réélection de Vladimir Poutine en Fédérations de Russie, il nous est permis d’entrevoir un petit coin de ciel bleu dans l’immense azur de nos espérances. Le groupe de Visegrad, le V4, auquel va se joindre, ponctuellement, l’Autriche du Chancelier Kurz qui gouverne avec la droite du Parti de la Liberté, semble ressusciter sous une forme moderne, en Europe centrale, feu l’Empire austro-hongrois. Un pôle d’équilibre bien nécessaire pour contrebalancer le poids de l’entente franco-allemande, reconstituée grâce à la trahison à Berlin du SPD, qui renie ses engagements et trompe la confiance de ses mandants. La montée en puissance de l’Alternative pour l’Allemagne (AFD) et ses presque 100 députés au Bundestag a, aussi, de quoi nous ravir. Il n’est que de voir et d’entendre les commentateurs des médias, un véritable « mur des lamentations », de LCI à BFM, en passant par C News ou France Infos, qui s’inquiètent de la montée ici ou là des « Populistes », de « l’extrême-droite », voire des« néo-fascistes », j’en passe et des meilleures, pour deviner la panique qui s’empare de tout ce petit monde. Mais le temps nous est compté. Partout en Europe, des forces nouvelles rejetant réellement « l’ancien monde », peuvent et doivent conquérir le pouvoir. Sans cela, à terme, nos modes de vie, nos usages, nos mœurs, nos coutumes seront balayés par des hordes allogènes de plus en plus …volumineuses ! Il ne s’agit pas de rejeter l’autre parce qu’il est autre, non, il faut simplement préserver notre CIVILISATION et y assimiler ceux qui sont « Euro-compatibles ». Et le signal donné du côté de Rome est de ceux qui annoncent, peut-être, une …Aube dorée ! Alors, en attendant la suite des évènements, Viva Italia !
Jean-Claude ROLINAT
 
 



Nouveau commentaire :


Publicité




Tarif Adhésion

Pourquoi et comment faire un don

Galerie Photos