Pourquoi faire un don

Publicité


Les dernières Photos
19B4B464-5AF0-4B04-A078-D652CABB6384
205D5BF8-74C5-4658-9503-AAF513F10024
6C7B5191-5C43-4A5C-9C57-6411554C60F6
790615B4-D05A-425C-9F01-3365C731E249
3D6F96CF-9432-4ABC-8E04-87FC59B82FF5
D0FB66E8-8F1F-457D-B0CF-6A6709BA07EC
BEDCCBBC-5841-4BD6-935B-38977B7A8093
0DDA2CDD-EB7B-4395-BD49-9CBB11CE971A
08421EBC-B10E-4885-A4A6-859DD7D506DB
FB24DB79-4D1D-4D2C-BD8F-2936E1AA2516
IMG_4576
IMG_20181103_173058_resized_20181103_054753020

Val-de-Marne : le commissariat de Champigny caillassé après les interpellations



Une manifestation de «soutien» aux personnes interpellées samedi au Bois-l’Abbé a dégénéré dimanche soir.


Le calme était revenu dans le quartier, mais finalement pas pour longtemps. Dimanche soir, une manifestation rassemblant une cinquantaine de personnes a eu lieu devant le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) après l’interpellation de trois personnes la veille au Bois-l’Abbé : plusieurs détonations de mortier avaient été entendues dans le secteur de la place Rodin.

Puis plus tard dans la soirée, un nouveau rassemblement de soutien aux personnes interpellées a dégénéré, avec des incendies de poubelles en face du bâtiment ou encore des jets de pierre. Il n’y a pas eu d’autres interpellations. D’après une personne qui se trouvait sur place, c’est notamment un membre de la famille de l’un des gardés à vue qui s’est rendu devant le commissariat pour demander des comptes.

Les trois hommes qui ont été arrêtés samedi devaient être jugés en comparution immédiate lundi dans la soirée. La sœur de l’un d’entre eux évoque des « violences » de la part des policiers lors de leur interpellation, des « coups de matraque », des « coups de pied » une « balayette » (un coup de pied pour faire chuter quelqu’un) sur son frère. « Nous n’avons eu aucune nouvelle de lui, expliquait-elle ce lundi, mais on espère qu’il va porter plainte ».

L’interpellation filmée

Deux vidéos ont été postées sur les réseaux sociaux. Elles durent 30 secondes et une minute. On y voit deux policiers à deux moments différents donner un coup dans la jambe à deux hommes qui chutent au sol et se font emmener. L’un d’eux était menotté. « Ces vidéos ont comme d’habitude été prises hors contexte », déplore le secrétaire régional du syndicat Alliance Yoann Maras qui précise que « vu la violence des individus lors des tentatives d’interpellation, les collègues n’ont eu d’autre choix que d’utiliser la force ».


 

Lire la suite sur LeParisien.fr



Nouveau commentaire :