État des lieux Le Parti de la France : le recours

14 Jan 2019 | Connexion | 0 commentaires

CONNEXION. La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans.
Dans un entretien publié par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles paru jeudi dernier, Marine Le Pen faisait le constat de l’existence de convergences initiées à la faveur du mouvement des Gilets jaunes entre le Rassemblement national et la France Insoumise, convergences dont elle se félicitait tout en regrettant que Jean-Luc Mélenchon ne s’engage pas encore sur la voie du refus de l’immigration incontrôlée. Il faut voir dans ces propos, quoique très mollement atténués le lendemain soir au JT de France2, le reflet d’une inclination personnelle ancienne, profonde et constante qui fait de Marine Le Pen une femme de gauche aux aspirations socialoïdes fortement ancrées. Si l’on en croit les dictionnaires de référence, une convergence est le fait de permettre de se diriger vers un même but. Le but de La Présidente du RN serait donc toujours, malgré le départ de Philippot et comme elle-même l’a toujours appelé de ses vœux, un dépassement des clivages dans un regroupement national-bolivariste avec les Chavez français de LFI qui, au demeurant, n’en veulent évidemment pas. Une cohérence qui a poussé vendredi Mélenchon à mettre les points sur les i en dressant la liste de tout ce qui le sépare de Marine Le Pen. Il n’en reste pas moins que la dérive de cette dernière continue donc et ceux qui pensaient pouvoir discerner depuis quelques mois une redroitisation de l’ex Front National et un retour aux fondamentaux en seront pour leurs frais non compensés par le ralliement opportuniste de deux LR battus aux dernières élections législatives en quête d’un mandat européen. La droite… Arlésienne de la vie politique française que seul Jean-Marie Le Pen avait su faire resurgir des abîmes où l’avaient perdue ses fossoyeurs régimistes, en portant haut les valeurs de civilisation et de libertés sur lesquelles s’est fondée notre existence nationale, en menant une lutte acharnée contre le communisme et ses épigones, en refusant toute forme de socialisation de notre société et en donnant le tocsin devant la menace migratoire. Dans Droite nationale, il y a Nation. Mais il y a aussi Droite, paradigme essentiel qui conduit un mode de pensée, et d’agir. C’est en abandonnant les principes de la droite que la mouvance libéralo-républicaine s’est égarée à jamais. C’est en y renonçant que le Rassemblement national de Marine Le Pen risque de s’engager dans des alliances contre nature et des aventures qui ne mèneraient qu’au chaos. Dans les temps difficiles que nous traversons, il est nécessaire de bannir les idées fausses et de sortir de la confusion. La Droite française et surtout la Droite nationale française à une histoire, des traditions, une vision constante. Elle est le mouvement de l’autorité de l’État, de la sécurité, du lien Armée/Nation, de la cohésion nationale, de l’équité sociale, du travail, de l’initiative et de l’énergie entrepreneuriale, des équilibres territoriaux, du respect des coutumes et des usages, des spécificités provinciales dans le maintien de l’unité de la Nation, des valeurs européennes et chrétiennes de civilisation, de l’innovation et de la recherche scientifiques, de l’amitié européenne et de la grandeur française. Elle est aussi le parti des libertés en même temps que celui de l’ordre et de la contre-révolution bonaldienne. Autant de principes qui ne peuvent s’accorder à la recherche de convergences avec la gauche de la gauche, héritière des sans-culottes et nostalgique des massacres de septembre. Au moment où le Pays est une nouvelle fois traversé par l’esprit de guerre civile accentué par les provocations du pouvoir et attisé par les menées de l’extrême gauche, le tout sous le regard menaçant de l’Étranger qu’il soit de l’extérieur ou de l’intérieur, la droite de résistance et de combat politique doit prendre ses responsabilités. Tandis qu’un gouvernement de hasard, incapable de répondre aux justes revendications sociales et au désarroi civique, s’avère tout autant inapte à l’exercice du pouvoir régalien de maintien de l’ordre (Carl Lang rappelait le 11 janvier que « s’en prendre aux forces de sécurité, c’était rendre service au pouvoir qui joue la radicalisation » et que, si « le PDF soutenait le peuple des Gilets jaunes depuis le premier jour, il était aux côtés des forces de l’ordre contre les casseurs »…), la droite française doit se faire entendre et répondre aux nécessités du moment. Un retour aux urnes – et pas pour on ne sait quel référendum/récupération – est probable à plus ou moins brève échéance après dissolution de l’Assemblée nationale, voire démission de Macron. Dans le désert politique de notre camp, le Parti de la France doit être en mesure de relever le défi de la reconstruction d’une droite nationale forte comme le fit Jean-Marie Le Pen au début des années 1980. Cela nécessite l’engagement de tous dans la discipline ; le refus de toute tentation groupusculaire activiste, la méfiance à l’égard de tout comportement marginal et le rejet de tout ce qui serait susceptible de nous couper du monde tel qu’il est. Nous ne sommes pas une amicale de nostalgiques. Nous sommes un parti politique responsable, déterminé et ambitieux pour la France. Cela implique aussi un développement des aides financières consenties. Cela implique bien sur une intensification du recrutement. Cela implique enfin que nous sachions briser le mur du silence médiatique atour de Carl Lang. Devenons ce que nous sommes : un recours.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Agenda:

Avr
18
sam
14 h 00 min Meeting du Parti De La France à ... @ Paris
Meeting du Parti De La France à ... @ Paris
Avr 18 @ 14 h 00 min
Pour cause de coronavirus, le meeting est reporté à une date ultérieure Samedi 18 avril, à partir de 14h, le Parti de la France organise un grand meeting à Paris intitulé « Colonisation migratoire, islamisation[...]

Derniers articles:

Share This