Des décisions difficiles disent-ils…

10 Sep 2020 | Editorial | 0 commentaires

Par Jean-François Touzé, Délégué général du PdF

La crise économique et sociale qui vient s’annonce majeure. Ses conséquences en termes de chômage, d’effondrement du pouvoir d’achat, de désintégration des services publiques et de dislocation nationale seront cruelles.

La gestion aberrante de la vague épidémique de l’hiver dernier qui fut celle de l’exécutif en est à la fois la cause et l’effet, l’arbre sanitaire servant à cacher la forêt de l’échec du Système.

Dans le même temps, la France toute entière est devenue un coupe-gorges où meurtres, agressions, viols, cambriolages, actes de barbarie et terrorisme islamique sont devenus le quotidien de nos compatriotes tandis que menace l’explosion générale de la poudrière des cités occupées par des populations venues d’ailleurs.

Le mal concerne toute l’Europe. La France est en première ligne qui est le maillon premier de la décomposition identitaire et morale du continent qui inventa jadis la civilisation.

Dès lors, le pouvoir, craignant pour sa survie sait que, face à ces menaces mais aussi face à la colère croissante des Français certes encore rentrée mais frémissante, il n’a d’autre choix que celui de la fuite en avant dans le totalitarisme de la radicalité régimiste redessinée à la mode sanitaire par l’encadrement sévère de la vie de chacun et l’exigence d’un alignement populaire par contrôle absolu de tous les actes du quotidien.

Les « décisions difficiles » dont il est désormais question pour enrayer la fantasmagorique montée en puissance d’un virus banal doivent se lire à cet éclairage.

Macron et les siens n’hésiteront pas, même au prix d’une aggravation de la situation économique — les grandes sociétés financiarisées choyées par le Système seront peu touchées contrairement aux commerces et aux petites entreprises dont le sort importe peu à ceux qui se croient puissants— à faire couler sur les libertés publiques une chape de plomb qui n’empêchera certes pas l’ensauvagement allogène mais la dissimulera un peu pour un temps, et surtout donnera au gouvernement les moyens d’étouffer dans l’oeuf la colère des braves gens.

Qu’ils prennent garde cependant. Les Français sont lents dans leurs réactions. Leur capacité d’inertie, de passivité, de panurgisme et d’acceptation de ce qu’on leur impose est grande. Jusqu’au jour où… Les exemples sont multiples dans notre histoire qui montrent que l’obéissance trouve un jour d’embrasement général ses limites temporelles.

Caevant Consules… Que les consuls craignent alors la colère du peuple.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir nos actualités

 Agenda:

Il n’y a aucun évènement à venir.

Derniers articles:

Bridgestone : Tartuffe mène le bal.

Bridgestone : Tartuffe mène le bal.

Par Jean-François Touzé, Délégué général du PdF La décision annoncée mercredi par la direction du géant du pneumatique...

Share This