Assurance chômage : une réforme anti comptable, antisociale et néfaste à l’emploi.

24 Juin 2019 | Connexion | 0 commentaires

CONNEXION. La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans.
Première réforme du prétendu acte II du quinquennat d’Emmanuel Macron, le projet de loi sur l’assurance chômage présenté mardi par le Premier ministre, Édouard Philippe et la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est parvenu en quelques jours à faire contre lui, pour des raisons certes différentes et parfois antagonistes, l’unanimité des organisations sociales, y compris les plus réformistes et réalistes d’entre elles comme la CFDT, et des milieux patronaux. Il est vrai que ce projet établi après l’échec des concertations au début de l’année cumule d’un même trait comptable les atteintes à l’équité sociale, les injustices catégorielles et les entraves à la bonne marche économique.

  • Atteintes à l’équité sociale. Le gouvernement a décidé de faire payer au plus démunis une partie des 3,5 milliards d’Euros qu’il s’est fixé pour objectif d’économiser. C’est ainsi que, en faisant passer de quatre a six mois la durée de travail nécessaire à l’assurance chômage, il privera d’indemnités 236 000 allocataires. Et si demain, venant aggraver encore ce chômage de masse auquel nous aurions grand tort de consentir à nous habituer, survient une nouvelle crise – financière comme en 2008 ou géopolitique suite, par exemple, aux tensions qui montent en mer d’Oman et à la possibilité d’un nouveau choc pétrolier – entraînant une récession, ce sont des centaines de milliers de nos compatriotes qui mordront la poussière, livrés à l’horreur de la vraie misère.
  • Injustices catégorielles. Les cadres depuis longtemps considérés comme les vaches à lait du système seront les grands perdants de la réforme. Eux qui cotisent pour 42 % de l’ensemble et ne perçoivent que pour 15 % des allocations verront leurs indemnités entamées par une dégressivité d’autant plus injuste qu’elle est censée inciter à la reprise d’emplois rapide alors que l’on sait que les cadres de moins de cinquante ans sont les plus actifs dans la recherche d’un nouveau poste et que, si les quinquagénaires sont voués au chômage de longue durée c’est contraints et forcés, les entreprises ne se tournant pas vers eux. Au total, 80 000 cadres verront ainsi leurs indemnités baisser de 30 % au bout de six mois, alors que personne n’ignore que l’embauche de cette catégorie de salariés nécessite un temps long de recherche, de négociation et de sélection.
  • Entraves à la bonne marche économique. En taxant par la mise en place d’un système de bonus/malus les emplois courts, le gouvernement entend lutter contre la précarité. Cette mesure punitive aura l’effet inverse : elle interdira l’accès à des embauches ponctuelles mais réelles et utiles sans pour autant permettre la création de postes nouveaux, les entreprises ne se référant qu’à l’état de leurs carnets de commandes et aux opportunités ouvertes par la demande de la clientèle.

Longtemps, pour éviter le mécontentement populaire, les gouvernements successifs, de gauche comme supposés de droite, tous habités de l’aboulie abdicatoire mitterando-chiraquienne (« contre le chômage, on a tout essayé »), se sont enfermés dans un traitement social du chômage, d’autant plus paralysant et stérile que la situation n’allait qu’en s’aggravant. Aujourd’hui, l’exécutif inaugure la page du traitement comptable. Certes la situation relève de l’urgence et impose que soient prises des décisions (l’Unedic évalue à 1,9 milliard d’euros le déficit attendu en 2019. La dette de l’assurance-chômage, qui s’élevait à 35 milliards d’euros fin 2018, devrait atteindre 37,6 milliards en 2020). Une révision des méthodes est donc nécessaire et il va de soi que les fraudeurs et les profiteurs doivent être impitoyablement chassés et privés de toute indemnisation. Ce ne sera pas le cas, au demeurant, puisque le gouvernement, par prudence, se garde bien par exemple de s’attaquer à la rente de situation que constitue pour beaucoup le statut d’intermittent du spectacle ni de toucher aux abus du secteur du Bâtiment. Mais les profiteurs ne représentent que 15 % des 5, 6 millions de chômeurs inscrits à Pôle emploi. Les 85 % autres paieront pour les fautes d’une minorité. Car pour l’immense majorité des allocataires, le chômage est subi, y compris pour ceux qui sont touchés dans la durée. C’est donc bien un devoir national que de les assister dans une situation souvent dramatique qu’ils n’ont ni voulue ni choisie. Les économies doivent donc être faites ailleurs. Et d’abord en réservant le bénéfice du chômage aux seuls nationaux. Mais c’est en luttant contre les causes du chômage et non en traitant ses conséquences que la France réglera à la fois le drame social de la privation d’emploi et le problème budgétaire qui reste posé. Non ! Contre le chômage, on n’a pas tout essayé, puisque jamais ne fut empruntée la voie nationale. La voie nationale, c’est celle qui allie les libertés économiques et entrepreneuriales à la nécessité d’une vision stratégique de l’État. C’est celle qui permet de diminuer les charges des entreprises et de baisser la pression fiscale sur les ménages, afin de rétablir la compétitivité des premières et le pouvoir d’achat des secondes. C’est celle qui accepte les lois du marché et la libre concurrence internationale tout en recourant à la protection ciblée et intelligente de nos intérêts économiques et commerciaux pour contrer les effets pervers du libre-échangisme universel et mettre l’Europe en position de résister aux pressions américaines. C’est celle qui permet et organise la relance de nos capacités industrielles, technologiques et de recherches françaises et européennes. C’est cette voie nationale et elle seule qui permettra de résorber le chômage et de redonner à la France sa prospérité et sa cohésion sociale.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 Agenda:

Il n’y a aucun évènement à venir.

Derniers articles:

Share This