Plan de relance de Bruxelles : renforcement de la tutelle euro-mondialiste.

18 Juil 2020 | Editorial | 0 commentaires

Le sommet européen qui commence ce vendredi à Bruxelles sera entièrement consacré à définir les modalités de distribution — et à en fixer les clés de répartition — des 750 milliards d’aides européennes dont 500 de subventions financées par des emprunts à taux nuls, voire négatifs, opérés par l’UE auprès des marchés financiers, aides officiellement destinées à consolider les plans de relance économique des pays membres face aux conséquences de la crise sanitaire et des gestions aberrantes qu’en ont fait les États.

La France espère se voir accorder 40 milliards de subventions sèches et directes.

Sur le papier, celà pourrait être une bonne nouvelle pour nos entreprises, nos millions de chômeurs, nos familles françaises de plus en plus nombreuses à être en situation de précarité et de difficultés sociales. En réalité, quelques soient les promesses gouvernementales, l’essentiel de cette somme risque d’être attribué non pas à la sauvegarde des plus démunis, non pas au sauvetage de nos petites et moyennes entreprises, de nos commerçants et de nos artisans, non pas à la reconstruction des classes moyennes, non pas à un vaste plan de réindustrialisation, mais aux restructurations exigées par Bruxelles, poste avancé du totalitarisme financier planétaire, restructurations dont nous savons depuis le sort réservé à la Grèce il y a dix ans, ce qu’elles recouvrent en termes d’austérité et de misère imposée.

Car qui paye commande. Les sommes octroyées ne seront effectivement distribuées qu’après examen par la Commission de la conformité des plans de relance avec les exigences globalistes, et sans doute soumises à un contrôle sévère des ministres des finances des 27, chacun disposant d’un droit de véto. Par ailleurs, les emprunts européens devront être remboursés. Les échéances envisagées renvoient à 2026, sur vingt ans. C’est a dire demain. Déjà pointe pour effectuer ces remboursements l’idée de nouvelles taxes paneuropéennes dont la charge pèsera, bien entendu, au final, sur les contribuables de chacun des États membres.

Avec la crise du coronavirus, la tutelle euro-mondialiste sur nos Nations et nos libertés est bel et bien en passe de se renforcer. Il est permis de penser que cela ne relève pas du seul hasard épidémiologique.

Jean-François Touzé
Délégué général du Parti de la France.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir nos actualités

 Agenda:

Il n’y a aucun évènement à venir.

Derniers articles:

Bridgestone : Tartuffe mène le bal.

Bridgestone : Tartuffe mène le bal.

Par Jean-François Touzé, Délégué général du PdF La décision annoncée mercredi par la direction du géant du pneumatique...

Share This