Pour en finir avec la lubie du Frexit

13 Jan 2024 | Non classé | 0 commentaires

On s’entend souvent reprocher par une certaine frange « souverainiste » de nos milieux, de ne pas être assez axés sur une éventuelle sortie de l’Union Européenne, de trop parler des conséquences au mépris des causes de qui remontraient toutes sans exception à Bruxelles.

Rappelons quelques vérités élémentaires sur l’euroscepticisme :

– Il est souvent professé par des gens qui envisagent la nation française comme un contenant sans contenu (Asselineau qui pourfend la « théorie du grand remplacement », Pierre-Yves Rougeyron qui se revendique d’un antiracisme forcené, pour ne citer qu’eux). Il semble être la seule colonne vertébrale de petits roquets gaullistes pour qui l’Allemagne est le danger mortel pour la France, qui doit en appeler à sa sphère de Francophonie avec qui elle « partagerait bien plus » qu’avec des voisins pluriséculaires…. Nous ne partageons pas ce point de vue, estimant qu’il est absurde de vouloir sauver une francité « idée » au mépris de réalités charnelles et palpables d’ordre ethnoculturel.

– Il est abordé de façon légaliste par ces mêmes individus, oubliant que la force prime le droit en politique, et que si nos pays sont effectivement soumis à des directives émanant de Bruxelles en ce qui concerne l’agenda globaliste (LGBT, immigration), c’est avant tout parce qu’ils le décident. Au Parti de la France, nous estimons qu’en l’absence de moyens coercitifs réels de la part des institutions européennes, il appartient aux pays membres de décider ce qu’ils veulent appliquer ou non. Nous prônons une attitude de pragmatisme, nous réservant le droit de transgresser les traités européens lorsqu’ils ne correspondent pas aux intérêts supérieurs de la nation française, sur le modèle des pays d’Europe Centrale et Orientale. N’oublions pas que la France est désormais la deuxième économie européenne derrière l’Allemagne, ainsi que la seule puissance atomique avec le départ du Royaume-Uni. C’est également le seul pays membre à bénéficier d’un siège permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU. Nous bénéficions de moyens de pression considérables sur les petits fonctionnaires bruxellois.

– La solution proposée est généralement un « Frexit » sur le modèle britannique, qui a pourtant démontré toute sa pesanteur et son inefficacité. Le Royaume Uni actuel est plus que jamais submergé par ses anciennes provinces coloniales, en témoigne ses représentants officiels actuels, mais au moins « ils ne subissent plus la tutelle de Bruxelles » comme le font observer les eurosceptiques…

– D’un point de vue économique, s’il est certain qu’accepter le traité de Maastricht était une erreur, et que l’euro n’a eu pour seule conséquence que de paupériser les français en ponctionnant leur pouvoir d’achat au profit du voisin allemand, désigné comme pion par l’axe atlantiste, il semble hors-sol de vouloir une sortie unilatérale à l’heure actuelle. La France serait complètement isolée au milieu de voisins répondant à des conventions différentes, et usant d’une devise différente dans le cadre d’un éventuel retour au Franc. Nous pensons plus responsable, plus sérieux, plus réaliste et autrement plus prioritaire de jouer de notre poids pour obtenir des conditions plus favorables pour la France et les Français au sein d’une Union Européenne à dominante nationaliste et populiste.

De façon générale, l’euroscepticisme, même nimbé d’un vernis pseudo-technocratique, répond avant tout à des envolées romantiques, ayant pour principal enjeu la survie de symboles. Nous préférons faire passer la survie de notre civilisation avant cela.

Victor Jan de Lagillardaie – Membre du Bureau politique du Parti de la France

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lettre de diffusion

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir nos actualités

 Agenda:

Derniers articles:

Share This